Chronique d'un village

Ce blog est destiné à vous narrer sous une forme satirique et humoristique les petites histoires d'un village que j'ai surnommé Garsson - c'est un village imaginaire que vous ne trouverez donc nulle part dans l'annuaire des villes et villages de France - mais il comporte de nombreuses analogies avec celui où je vis depuis une trentaine d'années.

Pendant tout ce temps et suite à des évènements divers, j'ai connu tous les ingrédients qui pourraient alimenter une sorte de gazette de village - celui-ci pourrait d'ailleurs se situer partout et n'importe où dans l'hexagone - à travers ses mœurs séculaires, ses non-dits et ses petites querelles mesquines.

Il y a de grands soirs où les villages meurent
Après que les pigeons sont rentrés se coucher.
Ils meurent, doucement, avec le bruit de l'heure
Et le cri bleu des hirondelles au clocher...

Henry Bataille (1872-1922)

dimanche 30 juin 2013

LES FÊTES DE FIN D'ANNEE SCOLAIRE


 
Dans ce blog satirique, les personnages sont sortis de l'imaginaire et de stricte invention : toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé et toute homonymie avec des noms propres ou des noms privés ne serait que pure coïncIdence.




 




Devant le préau de l'école de mon enfance : l'estrade, les drapeaux, les filles et garçons revêtus de papier crépon....


Quand je replonge dans mes souvenirs de fêtes des prix chaque fin d'année scolaire, je revois ces cérémonies à la fois charmantes et touchantes comme dans un conte enfantin . Tous les élèves étaient joliment costumés et moi, tout comme mes camarades de classe, j'étais souvent habillée d'un tutu. Tous les ans, juste avant les vacances d'été, je devais interpréter une saynète avec les copains et les copines sur un estrade dressé dans la cour de récréation et décoré, pour la circonstance, de branchages et de papier crépon. 

Sous les frais ombrages des tilleuls et devant un préau également orné de drapeaux tricolores, les applaudissements nourris d'un public tout acquis à notre cause nous touchaient droit au cœur. Le temps des certificats d'études primaires et des distributions de prix aux meilleurs élèves de la classe devant un auditoire béat de félicité, c'est tout une tranche de vie et c'était le chant du cygne des distributions solennelles des prix de l'école de la République mais on ne le savait pas.

Les prix d'excellence couronnaient les écoliers méritants qui avaient droit à un beau livre rouge et or relié avec un certificat collé sur la première page. J'ai eu le prix d'excellence en cours élémentaire 2ème année avec un prix d'orthographe, rédaction et lecture. Des élus de la commune des Ponts ..... faisaient donc acte de présence, assis au premier rang de l'assemblée, accompagnés de leurs épouses souvent bien "chapeautées" mais l'atmosphère était "bon enfant" . A l'appel de nos noms, l'un des enseignants désigné à cette tâche distribuait les livres à ces personnalités ravies de les remettre ensuite aux élèves lauréats sous les applaudissements du public, avec les félicitations d'usage et, en les encourageant surtout à bien travailler. Ce que l'on a fait toute notre vie...

Bon, Voilà, mon mari me disait toujours : "toi qui a eu le prix d'excellence en rédaction à l'école primaire, en 1953, tu dois savoir écrire et tu devrais faire un livre sur tous les "feuilletons" plus ou moins épiques que l'on a vécus ici depuis que l'on est à ..... Garsson". 


Je n'ai jamais eu cette prétention d'écrire un livre et d'ailleurs, la concurrence est rude sur le marché. Soixante ans se sont écoulés depuis les premiers lauriers récoltés à l'école communale de mon enfance. Autant en emporte le temps et nous voici donc en 2013, l'informatique et des souvenirs nostalgiques me donnent l'occasion d'écrire sur la toile et de faire un blog satirique et humoristique car il vaut mieux en rire que d'en pleurer comme dit la chanson.


Bref, revenons aux fêtes des prix de ces années 50 : toute cette mise en scène pour une cérémonie qui bien entendu ne ressemblait en rien aux fêtes de fin d'année scolaire que nous connaissons actuellement. Elles avaient ce petit quelque chose de "solennelle" devant ce parterre des notables des Ponts .. .. flambant et félicitant les élèves les plus méritants en s'aplatissant le chapeau à la main tandis que le directeur et son épouse se tenaient debout devant l'estrade pendant la remise des récompenses. Aussi, appelait-on cela les distributions solennelles des prix et nous, les rois de la fête, nous étions fiers de partir avec un livre sous le bras en ce jour glorieux où le travail et la bonne conduite étaient - enfin - publiquement récompensés !

Aujourd'hui, les spectacles scolaires qui rythment irrémédiablement les fins d'année sont d'un tout autre genre. Nous avons droit inévitablement chaque année aux tirs à la corde entre chaque classe, à la course en sac, à la course à la cuillère et à l'œuf. Enfin, nous voyons défiler toute la panoplie des jeux anciens et traditionnels qui ont animé, animent et animeront encore longtemps toutes les kermesses.

Souvent, nous voyons défiler plusieurs activités avant d'avoir la chance d'apercevoir nos chères têtes blondes tandis que parents et grands-parents vocifèrent le long de la plaine de jeux pour encourager leurs enfants. Pour corser le tout, il fait généralement très chaud et nous sommes entourés de bébés qui se mettent également à brailler à tour de rôle.

Heureusement, par rapport à nos fêtes d'antan, les kermesses actuelles se déroulent dans une ambiance très "cool" . Chaleur oblige, les enfants se défoulent et souvent s'aspergent à coup de pistolet à eau alors que nous, nous étions sérieux, engoncés dans nos costumes de fête et nous avions intérêt à nous tenir tranquilles sous les regards de nos parents sinon il y avait de la taloche dans l'air.

Maintenant, la kermesse se termine par l'inévitable tirage au sort de la tombola de l'école. Cette année, les parents d'élèves qui se plaignent de la malpropreté du village vont pouvoir repartir rassurés : Monsieur le Maire a gagné un aspirateur !
 


Me voici donc,ci-dessous avec mon frère dans la cour de l'école communale de Sorges, lors d'une des toutes premières représentations - en 1949 ou 50 - à l'occasion d'une distribution des prix. Je devais avoir trois ou quatre ans et j'étais en "classe enfantine" car on ne disait pas encore "maternelle".
















 

lundi 4 mars 2013

LE MARCHÉ BIO N'A PAS FAIT LONG FEU



Dans ce blog satirique, les personnages sont sortis de l'imaginaire et de stricte invention :
Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé et toute homonymie avec des noms propres et des noms de lieux privés ne serait que pure coïncidence




 carte humoristique


L'ancienne municipalité avait eu l'idée d'organiser un marché bio bi-mensuel, les premier et troisième samedi de chaque mois. Nous étions donc en 2006. Les commerçants et producteurs vendaient des produits sains, naturels donc "bio", c'est-à-dire, issus de l'agriculture traditionnelle. 

La demande était paraît-il en constante augmentation donc, pas de souci, dès le début, le marché de Garsson a acquis une solide réputation à des lieux à la ronde et a connu une belle affluence. C'était principalement un marché paysan et l'on trouvait tout un éventail assez large de produits allant du miel d'abeilles aux fromages de chèvres en passant par l'huile de colza, les légumes anciens, le vin rouge et le pain bio. Ce marché se déroulait sur la Place des marcassins et ce, pendant trois heures durant ce qui était à mon humble avis, un peu court dans la durée car les gens qui venaient des alentours souvent arrivaient "à la fumée des cierges".

Je ne suis pas particulièrement accroc aux produits "bio" mais par curiosité, en 2007, je me suis rendue sur cette place d'ordinaire si calme sauf, l'été, pendant les interminables parties de boules qui se déroulent "à la fraîche".


Treize heures, le marché déballe, Dling, bing gleding, bling et voilà  : encore des siestes écrabouillées du côté de la Place des fainéants. Dling, bing, gleding bing, l'assaut sonore est donné et il ne s'agit plus d'un bruit mais d'une cascade de sons et des voix qui s'interpellent de part et d'autre. Tiens voilà les melons et les fraises qui s'étalent sur les étals parfumant l'air aux côtés des cerises et des abricots. Il y a aussi des variétés de tomates à l'ancienne très appétissantes. L'atmosphère s'alourdit. Je hume la délicate senteur du safran. Je traverse la place en respirant une odeur qui l'emporte sur toutes les autres : ce sont les chaudes et craquantes effluves du pain fabriquée dans le four banal du Manoir avec de la farine bio !


J'étais repartie du marché rassurée pensant que le marché bio avait encore des beaux jours devant lui, là,  il y avait la foule et les produits "verts" sont décidément très à la mode. Des commerçants nous ont assurés, par la suite, que ce marché était dynamique et très convivial et que la vente de produits alimentaires "bio" était en pleine expansion.

Or, patatras, la Mairie nous informe en décembre 2010 de la fermeture de ce marché. Pour un Maire étiqueté "Vert" fermer un marché bio, c'est quand même une histoire sidérante ! Il est vrai que ces "écolos" sont tous pétris de paradoxes ! 


Sabordé sans aucun doute par la nouvelle municipalité, le marché bio n'a pas fait long feu et en attendant, les paysans producteurs de bio du secteur ont pris leurs toques, cliques et claques et sont allés marchander ailleurs.

 

carte humoristique

    

mardi 26 février 2013

UN CAS D'ÉCOLE À LA MAÍRIE EN PLEÍN MOIS D''ÉTÉ !


Dans ce blog satirique, les personnages sont sortis de l'imaginaire et de stricte invention :
Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé et toute homonymie avec des noms propres et des noms de lieux privés ne serait que pure coïncidence.


genre de carte postale que l'on trouvait dans les bazars, le long des plages, dans les années 50.

Le feuilleton sur le mauvais entretien des espaces verts, ruisseaux et bassins devrait figurer en bonne place au palmarès de l'été passé. 

Foin de "démocratie participative" à tout va, il y a en place des gens qui décident - sans autre forme de procès - et agissent ou plutôt simplement : N'AGISSENT PAS !.

Sauf que, branle-bas de combat,  les habitants de GARSSON ne l'entendent pas du tout de cette oreille et le font savoir par voie de pétition et de visites en Mairie.  Et les "rebelles" de s'entendre dire : "Dorénavant, il faudra changer votre regard sur les mauvaises herbes" tiens donc, un leitmotiv très très à la mode... !.

En matière de démocratie participative, voilà que l'on avait espéré mieux ! Il faut bien admettre que depuis que les Verts occupent le pouvoir municipal, l'entretien de la voirie se dégrade à vitesse grand V.  Force est de constater que l'invasion végétale progresse à vue d'œil et devient de plus en plus insupportable justement à l'œil des habitants habitués auparavant à voir un peu plus de rigueur dans l'entretien des trottoirs.

Et voilà que brusquement, en juillet dernier, une brutale montée de sève chez les riverains du clos des Lilas a dégénéré en révolution ! Ils sont scandalisés de voir la façon dont les choses sont menées et dont ils sont traités. Donc affaire à suivre....  

Le Maire, en tant qu'ami des petits oiseaux, en prend pour son grade en réunion privée. 

Ainsi donc, nous sommes à mi-juillet et l'info est au creux de la vague. Les juillettistes sont tous partis, de bonne heure et de bonne humeur, en ordre dispersé sous la surveillance étroite de Bison Futé. En attendant, les aoûtiens prennent leur mal en patience. Le Bar du Pêcheur a fermé boutique : rideau de fer sur les bières et limonades, basta sur tables et chaises alignées les beaux jours sur la terrasse et puis le Tour de France est arrivé ... 

Depuis une dizaine d'années, le podium des Champs Elysées exhale tant de parfums de soupçon mêlés de scandale qu'il serait maintenant plus raisonnable d'attendre le verdict des laboratoires, en fin d'année, pour savoir qui a véritablement gagné. 


Bref, le reste de l'année, l'information, en règle générale, est un océan de contrariétés et de choses insipides quand ce ne sont pas des catastrophes. Mais depuis dix jours, rien ne se passe - calme plat - c'est le moment idéal pour n'importe quel quidam de lancer une bourde sur toutes les chaînes de radio et télé en panne d'info. 




carte humoristique

 
 L'été dernier, le village, quant à lui, était comme l'info, franchement endormi. Le premier magistrat qui lui, par contre, n'est pas en panne de bourdes, s'est dit : "après la pétition du clos des Lilas sur la malpropreté du village, c'est maintenant ou jamais qu'il faut agir".

La principale revendication des propriétaires - et pas des moindres - portait sur une décharge municipale mais sauvage planquée en bordure du lotissement et autorisée par le Maire. A vrai dire, la Municipalité utilisait un hangar situé le long des propriétés pour y entasser - dedans et tout autour - un amoncellement de matériaux hétéroclites tout en ne sachant pas à qui appartenait ledit hangar : encore une arcane de la paperasserie municipale ...

En résumé, la Mairie squattait un misérable entrepôt qu'elle avait transformé en une sorte de caverne d'Ali Baba, sauf qu'on ne savait pas qui était cet Ali Baba local. Cela n'empêchait pas le Maire de dépêcher "quarante voleurs" - disons plus exactement -
quarante volontaires bénévoles qui viennent entreposer du matériel pour les manifestations communales.


Coiffé de son inévitable chapeau de paille, le Maire déboule sur les lieux et apostrophe les auteurs de ladite pétition derrière leur clôture et voilà que cela engendre une altercation des plus mouvementées. A court d'argument, l'édile s'énerve, il bave et tout à coup, le voilà qui dégaine : "Je vous ferai faire un mur en béton de 2,50 m. de haut le long de vos clôtures !".  




Allons Bon !, le quatorze juillet 1789, on a pris la Bastille, deux cents ans plus tard, on a fait tomber le mur de Berlin mais voilà que maintenant, le quatorze juillet 2012, à Garsson, le Maire menace de reconstruire le mur de Berlin entre le bourg et le clos des Lilas.



carte humoristique

LE VILLAGE S'ÉTAIT EMBELLI, MAINTENANT ON ENTEND DIRE PARTOUT QU'IL EST SALE !


Dans ce blog satirique, les personnages sont sortis de l'imaginaire et de stricte invention :
Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé et toute homonymie avec des noms propres et des noms de lieux privés ne serait que pure coïncidence.





carte humoristique



Jusqu'en 2008, le village s'était embelli : c'était un  constat que tous les gens de bonne foi avaient admis. Il suffisait pour s'en convaincre de consulter les photos d'une quarantaine d'années seulement. Les fleurs étaient rares aux fenêtres, les parterres inexistants, la place publique encombrée d'une pagaille de voitures, les chaussées peu entretenues. 

Chacun à sa manière fleurissait son pavillon et le Maire avait encouragé les bonnes volontés en créant un concours de maisons fleuries afin de récompenser tous les participants et bénévoles sans oublier les employés communaux.

Dernièrement, un participant à une exposition dans le canton voisin m'a fait remarquer (donc en Octobre 2015) combien ma commune était devenue sale en alléguant qu'il y avait de l'herbe partout ... Donc encore un témoignage, étranger à la commune mais qui venait il y a une dizaine d'années livrer des colis dans la commune pour une société de livraison et qui a vu la différence .... cela ne s'invente pas !

En 2000, peu avant le dernier mandat de "l'ancien", un couple d'agriculteurs était venu assister à une réunion de conseil à la mairie et, à la clôture des débats, ceux-ci avaient réclamé au Maire le nettoyage de leurs fossés par les employés municipaux en donnant comme argument qu'ils enviaient la propreté du bourg car, disaient-ils, "on pourrait y manger par terre !" Ce n'est plus le cas aujourd'hui, bien évidemment.   


Depuis 2008, le souci de l'environnement est tout autre, les urgences sont ailleurs. Finis, les concours de fleurissement, les fleurs sont trop consommatrices d'eau et d'engrais, les parterres ne sont plus fleuris et il ne reste plus que les habitants à fleurir chacun à sa guise. Dans leur profession de foi, les candidats de 2008 nous avaient promis d'amener "de la couleur" dans le village. Eh Bien ! on s'en aperçoit.

Certains n'hésitent pas à monter les rues du lotissement où ils habitent. "Maintenant, c'est sale !" nous dit-on et ils auraient contacté le Maire soit-disant sans résultat. Les papiers sur les trottoirs c'est à mettre au discrédit des habitants (ou des promeneurs) mais en revanche, l'entretien général des rues est bien de la responsabilité du premier édile. 

Il y a quelques années, celui-ci a adressé un bulletin municipal à ses administrés, un bulletin soit-disant "spécial" de quatre pages de rappel à l'ordre. Depuis presque huit ans de pouvoir, il en est encore au stade de la réflexion sur les solutions alternatives à tout produit désherbant. 

Avec sa piqûre de rappel, il redéfinit les méthodes alternatives en préconisant tout d'abord le balayage manuel par les employés municipaux. Si cette méthode n'est pas radicale, elle nous renvoie au moins cinquante ans en arrière, à l'époque où l'unique cantonnier du village, au moyen de sa brouette en bois, nettoyait fossés, trottoirs et caniveaux avec sa pelle et son balai de jonc.  


"Ce n'est pas nous les jardiniers amateurs qui polluons mais les agriculteurs", objectent certains. En attendant, il faut se résoudre à utiliser l'eau chaude de cuisson et le vinaigre blanc qui faut utiliser avec précautions afin que cela ne tourne pas au vinaigre ou bien, comme le préconise le Maire, manier le pic-bine mélangé à de l'huile de coude. 




 




  ART. 3 - Conditions d'admission .
Pour être nommé cantonnier, il faut :
1° avoir satisfait aux lois sur le recrutement, et ne pas être âgé de plus de 50 ans;
2° N'être atteint d'aucune infirmité qui puisse s'opposer à un travail journalier et assidu ;
3° Avoir travaillé dans des ateliers de construction ou de réparations de routes ou chemins ;
4° Etre porteur d'un certificat de moralité, délivré par le maire de la commune.
Les postulants qui sauront lire et écrire seront préférés

extrait ART. 9 -.

Du 1er avril au 1er octobre, les cantonniers seront sur les chemins, sans désemparer, depuis six heures du matin jusqu'à six heures du soir. Le reste de l'année, ils y seront depuis le lever jusqu'au coucher du soleil.

 extrait ART.11 - Présence obligée des cantonniers pendant les plus mauvais jours.
Les pluies, les neiges, ou autres intempéries ne pourront être un prétexte d'absence pour les cantonniers ; ils devront même dans ce cas redoubler de zèle et d'activité pour prévenir les dégradations et assurer une viabilité constante dans l'étendue de leurs cantons ; ils seront autorisés néanmoins à se faire des abris fixes ou portatifs qui n'embarrassent ni la voie publique ni les propriétés riveraines, et qui soient à la vue du chemin, à moins de 10 mètres de distance, pour qu'on puisse toujours constater la présence de ces ouvriers.


 ART.14 - Outils dont les cantonniers doivent être pourvus.
Chaque cantonnier sera pourvu à ses frais: 1° d'une brouette ; 2° d'une pelle en fer ; 3° d'une pelle en bois ; 4° d'un outil dit tournée, formant pioche d'un côté et pic de l'autre ; 5° d'un rabot de fer ; 6° d'un rabot de bois ; 7° d'un râteau de fer ; 8° d'une pince en fer ; 9° d'une masse en fer ; 10° enfin d'un cordeau de 10 mètres de longueur.


extrait du petit Livret du cantonnier de 1882 (image et règlement de village.stromain.free.fr)

lundi 25 février 2013

LES JOURNEES DU PATRIMOINE



Dans ce blog satirique, les personnages sont sortis de l'imaginaire et de stricte invention :
Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé et toute homonymie avec des noms propres et des noms de lieux privés ne serait que pure coïncidence.







Ne trouvez-vous pas, Anor, que Garsson est superbe d'ici ?


Voilà près de vingt-ans que des bénévoles se sont transformés en travailleurs du bâtiment afin de rénover le manoir de Saint-Guy, le cloître ainsi que la chapelle jouxtant ce fief de la seigneurie du coin. Le manoir et la chapelle ouvrent, chaque année, un dimanche à la mi-septembre, leurs portes aux nombreux visiteurs de la Journée du Patrimoine


Depuis ce matin, il y a foule autour des bâtiments, dans les salles du manoir, dans le cloître et la chapelle ainsi que dans le jardin et dans le parc.

De la grande salle à manger autrefois noircie par la cheminée monumentale, on découvre cette magnifique pièce rénovée et pleine de lumière attirant la foule des visiteurs d'un instant.

C'est une immense satisfaction pour ceux qui ont pétri, décoré, peint et façonné de leurs mains le grand édifice.  Nous les avons vu à l'œuvre. C'est un bel ouvrage et cet extraordinaire travail de rénovation est une leçon. 

A l'ombre du Manoir, il y a le four banal auprès duquel des tables sont dressées sur des tréteaux. On l'appelle un four banal non pas qu'il soit dépourvu d'originalité mais dans l'ancien Régime, à l'époque du système féodal français, le seigneur était chargé d'entretenir et de mettre à disposition de tout habitant de la seigneurie, des installations (ici c'est un four, ailleurs cela peut être un moulin ou un pressoir, etc..). En contrepartie, si les habitants utilisaient ces installations, ils devaient s'acquitter d'une banalité, c'est-à-dire une redevance. Heureusement, ces monopoles ont été abolis et déclarés rachetables comme tous les autres privilèges dans la nuit du 4 Août 1789. Dans le droit de l'ancien Régime, banal s'oppose à communal. Donc voilà, à Garsson, deux cents ans plus tard, le four banal est devenu rachetable et communal. 

Les bénévoles autour du four s'activent pour confectionner des pâtés aux prunes. Sur les tables, les paniers d'œufs voisinent avec ceux des reines-claudes ainsi qu'avec des bocaux de sucre et de farine. Des femmes pétrissent des longueurs de pâte tandis que le four allumé attend la suite. Il y a de la fébrilité dans l'air.

Des visiteurs s'approchent-ils pour regarder ce qui s'y passe qu'aussitôt ils sont mis à l'écart par un petit monsieur " frais un gardon, gai comme un pinson" : au festin de la curiosité, c'est comme à un grand repas de battage, on n'autorise pas les convives à soulever le couvercle où le ragoût mijote. 

Alors, les promeneurs s'éloignent pour déambuler dans le parc admirant les arbres séculiers. La propriété qui entoure le manoir borde la rivière : celui-ci surplombe la vallée de la Pris. L'endroit est donc fort agréable et fait la fierté de Garsson.  




carte humoristique

La chapelle et le petit cloître qui jouxtent l'édifice sont situés en contre-bas du Manoir, près de la rivière où actuellement se déroule une démonstration de débardage avec un cheval de trait donc très intéressant :  le tronc d'arbre abattu est transporté par le cheval au moyen de chaînes. Le cheval est guidé par des gestes précis de l'exploitant forestier, il ne fait pas de bruit de moteur et il ne pollue pas. Les écolos sont dans la béatitude.

Dans le jardin du Manoir, il y a grande agitation : un autre cheval de trait fait une démonstration de labourage ("Labourage et Pâturage sont les deux mamelles de la France" aimait à répéter Sully, le ministre du bon roi Henri IV). Là, nous y sommes, beaucoup d'anciens de Garsson et des alentours sont là, devenus le temps de quelques heures, des badauds, intéressés et émus devant ces travaux qui font "remonter le temps".   

Enfin, le signal est donné, les visiteurs sont invités à venir déguster. Déjà, par petits groupes, il s'installent autour des tables qui ont été revêtues de nappes pour la circonstance, disputant aux guêpes leur part de pâté aux prunes. 

Jusqu'à la fin du XIX° siècle, les châtelains entretenaient le Manoir et la chapelle attenante tandis que le cloître servait de grange. Ils menaient également grande vie dans la capitale, alors ils se sont débarrassés de leurs biens ; ils ont fait une proposition au Maire et c'est ainsi que le Manoir, la chapelle, le cloître sont rentrés dans le patrimoine communal.

Les bénévoles ont colonisé le Manoir, les touristes du dimanche sont amoureux de la chapelle et le cloître est devenu une annexe de la Mairie. Les moniales ont déserté les lieux depuis belle lurette et désormais ce sont les employés communaux qui les ont remplacées tandis que le portrait du président de la République trône à la place des images pieuses. A chacun son seigneur.

Les châtelains sont repartis dans la capitale et sans le billet de retour pour mener leur vie de bâton de chaise. La morale de l'histoire ne tient-elle pas dans un proverbe populaire :

"L'abbaye est bien pauvre quand les Moines vont aux glands".