Chronique d'un village

Ce blog est destiné à vous narrer sous une forme satirique et humoristique les petites histoires d'un village que j'ai surnommé Garsson - c'est un village imaginaire que vous ne trouverez donc nulle part dans l'annuaire des villes et villages de France - mais il comporte de nombreuses analogies avec celui où je vis depuis une trentaine d'années.

Pendant tout ce temps et suite à des évènements divers, j'ai connu tous les ingrédients qui pourraient alimenter une sorte de gazette de village - celui-ci pourrait d'ailleurs se situer partout et n'importe où dans l'hexagone - à travers ses mœurs séculaires, ses non-dits et ses petites querelles mesquines.

Il y a de grands soirs où les villages meurent
Après que les pigeons sont rentrés se coucher.
Ils meurent, doucement, avec le bruit de l'heure
Et le cri bleu des hirondelles au clocher...

Henry Bataille (1872-1922)

lundi 22 décembre 2014

POUR MEUBLER NOS LONGUES SOIRÉES D'HIVER...


Dans ce blog satirique, les personnages sont sortis de l'imaginaire et de stricte invention : toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé et toute homonymie avec des noms propres ou des noms privés ne serait que pure coïncidence.

illustration empruntée à Lusile17.centerblog.net
carte humoristique


En cette fin d'année, la programmation de nos chaînes de télévision va encore culminer sur des sommets d'ennui : c'est calme plat, "circulez, y'a rien à voir !" Comme tous les ans, on nous ressort les vieux succès cinématographiques qui datent de près de cinquante ans, des films que l'on a vu et revu maintes et maintes fois sur toutes les chaînes si bien qu'on les connait par cœur et ils finissent par ne plus avoir la même saveur. Ou bien, alors, ce sont les super héros descendus de je ne sais quelle planète, complètement débiles, que l'on nous balance à chaque instant.

On pourrait alors se consoler en allant voir les illuminations de Noël dans le village : peine perdue car de ce côté-là, il n'y a pas de quoi tomber en extase, seulement deux ou trois guirlandes qui se battent en duel au milieu du bourg ! On doit sûrement avoir décroché la cuillère de bois de tous les patelins aux alentours. On avait été habitués dans "une vie antérieure" à un peu plus de gaîté dans les rues au moment des fêtes : alors "dans les villes de grande solitude, nous les passants désenchantés" quand on s'ennuie plus que de coutume, il ne reste plus qu'à nous plonger... dans une saine lecture.





 humoristique : "désolé, je vous ai pris pour une station service".




 illustration empruntée à néo-planet.com

La lecture, vaste sujet. Montesquieu écrivait "Aimer lire, c'est faire un échange des heures d'ennui contre des heures délicieuses." Je suis de cet avis.

Le conseil municipal suggère quant à lui la création d'une bibliothèque. Je pense que le projet, par contre, n'est pas très innovant à l'heure où dans chaque chef-lieu de département ou de canton (bibliothèque intercommunale), il y a généralement une médiathèque ou chaque citoyen a accès à différents types de médias.

Dans ces établissements, des documents sonores et enregistrements vidéos viennent s'ajouter aux ouvrages écrits ; de plus, les supports numériques sont venus compléter les supports traditionnels : e-books (livres numériques) sur tablettes tactiles, liseuses, smartphones ou ordinateurs personnels. Donc, la création d'une bibliothèque municipale à proximité de deux médiathèques (celle du chef-lieu départemental et plus encore, la médiathèque intercommunale) me paraît totalement décalée !

La médiathèque intercommunale du chef-lieu de canton est riche de 15000 livres dont ceux à gros caractères, 1500 CD de tous les styles musicaux, plus de 15 abonnements, 3000 ouvrages de poésie contemporaine et bien sûr des ordinateurs multimédias accessibles à tous. Voilà un concept que ne peut égaler une bibliothèque d'un milieu rural.

Par ailleurs, le premier magistrat semble avoir soudainement et totalement occulté le fait qu'une étude avait déjà été réalisée, il y a une dizaine d'années, sur ce projet car des élus voulaient voir fleurir, à tout prix, "leur" bibliothèque municipale dans cette vieille école mais ils se sont heurtés et ils se heurteront toujours aux mêmes problèmes : ceux de la réhabilitation d'un bâtiment très vétuste en un local destiné à recevoir du public avec l'activité de "bibliothèque" laquelle activité est très spécifique. Il y a des normes à respecter, notamment celle de la charge au sol car les livres pèsent lourds.

Le coût de la transformation de ce vieux bâtiment en un outil performant et fiable avait donc déjà été étudié : il serait  énorme car le réaménagement est exorbitant (il faut du mobilier adapté car c'est un élément fondamental qui créé l'atmosphère et un revêtement de sol approprié afin qu'il n'y ait pas ou peu de bruit, une gestion par un personnel qualifié car c'est un lieu de rencontre et d'animations, etc..).

Les subventions accordées pour une bibliothèque en milieu rural ne sont pas automatiques et elles ne sont attribuées que selon des critères propres que nous venons de rappeler (nombre de m2, heures d'ouverture, budget d'acquisition, mobilier spécifique ). Souvent sont prises en compte les opérations d'aménagement (ou de construction) portant sur des bâtiments supérieurs à une surface minimale hors œuvre calculée en fonction du nombre d’habitants de la commune. 

Dans les familles des années 50/60, l’achat de livres était réservé aux seuls ouvrages indispensables et indémodables : dictionnaires,ouvrages sur la cuisine ou le jardinage et quelques grands classiques de la littérature. Pour le reste, on utilisait la bibliothèque municipale, une conquête du Front populaire soucieux de briser le monopole paroissial de la diffusion du livre dans les milieux populaires. Aujourd'hui, il conviendrait d'évoluer tout de même un peu...

Alors, il faut avoir des grandes ambitions à condition d'en avoir les moyens. Pendant ce temps-là, "il" accuse l'autre d'avoir plombé les finances de la commune ! Les mêmes causes auront fatalement les mêmes effets.    


carte humoristique


 
   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire